samedi 30 janvier 2010

Danemark: un chômeur tue une femme

Une employée danoise d'un centre d'emploi au Danemark a été tuée de plusieurs coups de couteau par un chômeur mécontent d'elle, a indiqué la police. Birthe Christiansen, conseillère sociale de 56 ans, a été mortellement poignardée à plusieurs reprises dans un parking près de son travail, à Holstebro (ouest). Avant de mourir, elle a eu le temps de prononcer le nom de son agresseur dans l'ambulance qui l'amenait à l'hôpital de Herning.

La police a arrêté peu après un chômeur somalien de 28 ans, soupçonné d'être l'auteur de l'agression. Il devait dans l'après-midi rencontrer la victime "au sujet d'un désaccord sur sa formation", selon le vice-inspecteur de police de la région centre-ouest, Michael Kjelgaard, cité sur le site du quotidien Politiken. Le meurtrier présumé, dont l'identité n'a pas été révélée, a nié les faits. Il a cependant reconnu avoir eu depuis quelque temps des relations tendues avec la victime. Selon le site du tabloïd Ekstra Bladet, il était mécontent d'avoir été écarté de sa place de stagiaire à la suite d'un acte de violence. Il a été inculpé d'homicide.

La ministre de l'Emploi, Inger Stoejberg (libérale) s'est déclarée "profondément touchée" par cette tragédie. "Ce qui ne devait pas arriver est arrivé", a-t-elle déploré dans un communiqué.

Article original: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/01/27/01011-20100127FILWWW00815-danemark-un-chomeur-tue-une-femme.php

Google Street View au Danemark et en Suède

Les vues panoramiques de deux nouveaux pays ont été rendues publiques sur Google Maps. Il s’agît de la Suède et du Danemark. Il y a maintenant 18 pays au total dont les vues de « Street View » sont disponibles.



Zorgloob.com était le premier site à vous dévoiler l’arrivée des voitures de Google Street View au Danemark le 14 avril 2009 et en Suède quelques jours plus tard. Puisque les bolides ont sillonné les routes de la Norvège, de la Finlande, de la Hongrie, de la Belgique et de la Grèce à partir de la même période de l’année, on peut en déduire que ces pays seront les prochains à bénéficier des clichés à 360 degrés. Concernant ce dernier pays, la Justice grecque a légalisé il y a quelques jours le travail de Google Street View dans ce pays.

La quasi-totalité des routes et autoroutes du Jutland, au Danemark, a été photographiée et mise en ligne, ainsi que celles de l’île de Fionie et du Seeland. Copenhague, Århus et Odense sont évidemment les villes qui ont été les plus photographiées. Même si on voit mal la petite sirène, emblème du pays, il y a de joli choses à observer dans ce pays.

À quelques kilomètres de là, on trouve la Suède, où la couverture Google Street View se répartie en deux zones : le sud avec Stockholm, Göteborg et Malmö; et la zone nord sensiblement moins photographiée. Là aussi de très beaux paysages à découvrir. Cela est dû au fait que les photographies ont été prises au cours du printemps et de l’été, lorsque l’ensoleillement est optimal. Toutefois, Google arrive ici en terrain conquis puisque ce pays a déjà été photographié sous toutes les coutures ou presque par deux autres projets concurrents de Street View : Eniro et Hitta.se.

La future commissaire au Climat devant le Parlement

Pourquoi n'avez-vous pas obtenu de résultats à Copenhague ? La Danoise Connie Hedegaard, future commissaire européenne au Climat, aura sûrement réfléchi longuement à la réponse qu'elle pourrait donner à cette question. Ce vendredi, en effet, la ministre danoise, membre du Parti populaire (conservateur), se verra soumise à un interrogatoire serré par le Parlement européen, passage obligé avant de pouvoir rejoindre la Commission européenne. A tort ou à raison, on lui reproche à elle aussi l'issue décevante du sommet, explique le député social-démocrate Dan Jørgensen : "Elle doit tout simplement reconnaitre que le Danemark et l'UE auraient pu faire mieux", affirme-t-il au quotidien danois Jyllands-Posten. Le second défi pour Hedegaard sera de décrire comment elle imagine son travail de commissaire au climat – elle sera en effet la première titulaire de ce poste. Mais, au Danemark, personne n'imagine que celle qui est ministre du Climat et de l'Energie depuis 2007, après avoir été trois ans ministre de l'Environnement, puisse échouer dans sa mission.

Article original: http://www.courrierinternational.com/breve/2010/01/15/la-future-commissaire-au-climat-devant-le-parlement

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL NOMME M. BO SCHACK, DU DANEMARK, AU POSTE DE REPRÉSENTANT SPÉCIAL ADJOINT POUR LA RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

Le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, a nommé M. Bo Schack, du Danemark, au poste de Représentant spécial adjoint pour la République centrafricaine. M. Schack assumera également les fonctions de Coordonnateur résident de l’ONU, de Coordonnateur humanitaire et de Représentant résident.

M. Schack, qui possède une vaste expérience dans les domaines du développement et de l’aide humanitaire et un sens aigu du leadership, rejoindra le nouveau Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine (BINUCA) à un moment crucial où le pays organise les élections législatives et présidentielles.

Avant cette nomination, M. Schack a occupé différents postes au sein du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Il a notamment été Représentant du HCR au Burundi d’août 2007 à juin 2009, après avoir dirigé, de juillet 2003 à juillet 2007, l’Unité de police du Bureau pour l’Europe au siège du HCR, à Genève. Auparavant, M. Schack a été Chef adjoint de la mission du HCR à Téhéran, en Iran, et fonctionnaire principal chargé de la protection au Sri Lanka ainsi qu’en ex-Yougoslavie.

Diplômé en droit de l’Université de Copenhague, au Danemark, M. Schack a également obtenu un « Masters » en administration des affaires (MBA) de l’Open University, au Royaume-Uni. Il est né en 1955.

Article original: http://www.un.org/News/fr-press/docs/2010/SGA1214.doc.htm

CHÂTEAU DE CAYX, un Cahors de sang royal

Les vignes du prince consort Henrik de Monpezat ont donné naissance à une nouvelle cuvée, Majesté, en l'honneur de son épouse, la reine de Danemark.

Lire la suite

Étudier au pays de Legoland

Qui aurait dit que la passion des blocs Lego pouvait amener un jour à étudier au Danemark? C'est pourtant ce qui est arrivé à Alexandre Chabot-Leclerc.

Lire la suite

Une bibliothèque humaine sillonne le Danemark

Photos a retrouver sur le lien http://www.saphirnews.com/photos/Une-bibliotheque-humaine-sillonne-le-Danemark_ga22520.html

Musée portuaire de Dunkerque - Voyage du Danemark à Gibraltar, la côte photographiée par Jens Fink-Jensen

Ce voyage photographique sur la côte de l’Europe occidentale commence tout au nord du Danemark, se poursuit en Allemagne, aux Pays-Bas, en Belgique, en France, en Espagne, au Portugal, en Espagne à nouveau, pour se terminer à ... Gibraltar, là où l’Atlantique rejoint la mer Méditerranée.

Lire la suite

Tout n’Œuf est déjà quinqua

Arne Jacobsen (1902-1971) fut l'un des architectes les plus influents du siècle passé. Ses créations ont marqué le design et l’architecture au Danemark comme dans toute l’Europe.

Lire la suite

Morten Olsen sélectionneur du Danemark jusqu'en 2012

L'entraîneur de l'équipe danoise de football, Morten Olsen, a prolongé de deux ans son contrat avec la fédération danoise de football (DBU). Aux commandes des rouge et blanc depuis 2000, l'ancien joueur molenbeekois et anderlechtois a réussi à qualifier son équipe pour la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud, et conduira donc ses troupes jusqu'à l'Euro de 2012.

Morten Olsen, 60 ans, qui habite toujours en Belgique, considère ce prolongement comme le signe que la fédération danoise a confiance en son travail.

Avant sa prise de fonction comme sélectionneur du Danemark, Olsen avait déjà entraîné Broendby IF (1re div. danoise), le FC Cologne (1re div. allemande) et l'Ajax Amsterdam (1re div. néerlandaise).

Aux Mondial 2010 en Afrique du Sud, le Danemark a été versé dans le groupe des Pays-Bas, du Cameroun et du Japon.

Article original: http://www.7sur7.be/7s7/fr/1510/Football-Etranger/article/detail/1051427/2010/01/08/Morten-Olsen-selectionneur-du-Danemark-jusqu-en-2012.dhtml

Le gouvernement danois décide de limiter le port du voile intégral

Après plusieurs mois de travail d'une commission gouvernementale, la droite au pouvoir au Danemark, a décidé jeudi 28 janvier 2010 de limiter le port du noile intégral dans l'espace public, mais sans interdire ce voile intégral, laissant le soin aux écoles, à l'administration et aux entreprises de fixer des règles à ce sujet.

Lire la suite

Peu de burqas, beaucoup de polémiques

Au Danemark, environ 200 femmes portent le niqab [voile couvrant le visage sauf les yeux] - et 3 la burqa. Tels sont les conclusions de l'enquête menée par l'Université de Copenhague à la demande du gouvernement danois l’été dernier. Cependant, note le Jyllands-Posten, ce dernier ne sait toujours pas quelle suite donner au rapport : une loi pour interdire le voile intégral, ou une application plus stricte du code pénal, qui interdit déjà d'imposer certaines tenues.

De son côté, souligne encore le quotidien conservateur, le Parti du peuple danois, formation d'extrême droite, et l'Alliance libérale ont critiqué les méthodes utilisées par la commission, lui reprochant entre autres de s'être adressée à des imams (dont des extrémistes). Le débat sur le voile intégral est présent également en France : selon un sondage publié par Le Figaro, 57% des Français se déclarent favorables "au vote d'une loi interdisant le port de la burqa" dans leur pays.

Article original: http://www.courrierinternational.com/chronique/2010/01/19/peu-de-burqas-beaucoup-de-polemiques

Le Premier ministre danois condamne les propos islamophobes d'un député

Le Premier ministre danois Lars Loekke Rasmussen a condamné mardi 26 janvier des propos anti-musulmans virulents d'un député d'un parti d'extrême droite, allié parlementaire essentiel du gouvernement, qui ont suscité un tollé sur la scène politique et dans la population musulmane.

Lire la suite

La Scandinavie se dote d’un réseau 3G à 84 Mb/s

L’opérateur de télécommunications sans fil 3 Scandinavia vient de signer un accord avec Ericsson, qui permettra de mettre en place un réseau 3G à très haut débit. La vitesse de transmission proposée par la compagnie va ainsi grimper de 21 Mb/s à 84 Mb/s. Ce surcroit de bande passante permettra de favoriser l’émergence de services de nouvelle génération, comme la vidéoconférence.

« Nous avons été les premiers à lancer la 3G+ dans les régions nordiques. Nous sommes aujourd’hui encore les premiers à signer pour l’installation du réseau 3G le plus rapide au monde. Nos abonnés scandinaves sont des utilisateurs sophistiqués et extrêmement demandeurs de services haut débit mobiles. Ericsson fait évoluer notre réseau pour nous permettre de répondre à cette demande et procurer à nos clients une véritable connectivité, où qu’ils soient », se félicite Peder Ramel, président-directeur général de 3 Scandinavia.

Ce réseau de nouvelle génération sera disponible au Danemark et dans quatre grandes villes de Suède. L’opérateur profitera de ces travaux pour dédoubler son réseau. Le déploiement s’effectuera sur trois ans : le débit passera tout d’abord à 42 Mb/s avant d’atteindre les 84 Mb/s promis. Dans le même temps, un nouveau réseau WCDMA/HSPA sera créé dans la bande de fréquence de 900 MHz. Ericsson se chargera également de mettre en place les réseaux hertziens et optiques nécessaires à la transmission des données.

Article original: http://www.silicon.fr/fr/news/2010/01/21/la_scandinavie_se_dote_d_un_reseau_3g_a_84_mb_s

Les Danois ne veulent plus voir les caricatures de Mahomet

Une très large majorité de Danois (84,2%) est opposée à la reproduction des caricatures de Mahomet, approuvant la décision des médias du pays de ne pas les republier après la tentative de meurtre contre un des caricaturistes Kurt Westergaard, le 1er janvier

Lire la suite

Soutenir Ben Laden par provocation

Peu après la tentative d’assassinat contre le dessinateur danois Kurt Westergaard par un Somalien de 28 ans vivant au Danemark depuis 1995, deux études menées dans le royaume auprès de jeunes musulmans, dont certains soutiennent ouvertement des organisations terroristes, suscitent particulièrement l’intérêt.

Ann-Sophie Hemmingsen, de l’Institut des études internationales à Copenhague, a interviewé une cinquantaine de personnes liées aux milieux extrémistes [musulmans] au Danemark. Elle avance que les jeunes qui se radicalisent ainsi le font dans un souci de provocation : “Il y a quarante ans, pour montrer son opposition à l’ordre établi, on se laissait pousser les cheveux et on portait un pull islandais. Mais cela n’a désormais plus rien de provocateur. Aujourd’hui, l’idéal pour montrer son opposition au système, c’est le mouvement extrémiste islamiste : il n’y a rien de plus provocateur que de se laisser pousser la barbe et se déclarer partisan de la mouvance d’Oussama Ben Laden”, explique-t-elle au quotidien danois Information. Elle compare ainsi l’extrémisme islamiste à d’autres mouvements radicaux, comme certaines franges de l’extrême gauche dans les années 1960 et 1970 ou les associations qui font le coup de poing pour défendre les droits des animaux. L’usage de la violence est un point commun entre ces mouvements. “Ils rejettent l’ordre existant. A leurs yeux, celui-ci est si mauvais qu’il ne mérite pas le respect”, poursuit la chercheuse.

Aux résultats de cette étude s’opposent ceux de l’étude d’Aarhus, conduite par deux chercheurs de l’université d’Aarhus et fondée sur quarante-cinq entretiens avec de jeunes musulmans de 17 à 34 ans faisant partie des milieux extrémistes. Il en ressort qu’“ils ne considèrent pas la violence comme une bonne solution”, explique au journal danois Politiken Lasse Lindekilde, l’un des deux chercheurs, tout en soulignant qu’il n’est pas nouveau que des jeunes affichent une certaine compréhension pour des groupes terroristes. “Ce qui est nouveau dans le débat danois, en revanche, c’est que ce soutien verbal est désormais considéré comme un signe de radicalisation. Mais ce soutien ne peut durer que tant que les groupes terroristes évitent les pertes civiles. Les jeunes musulmans danois ne souhaitent pas étendre au monde occidental des conflits qui se déroulent ailleurs”, affirme Lindekilde. Il estime que les médias et les politiques devraient donc éviter d’utiliser l’adjectif ‘radicalisés’ pour parler de ces jeunes musulmans.

Article original: http://www.courrierinternational.com/article/2010/01/14/soutenir-ben-laden-par-provocation

La Finlande organise un sommet pour sauver la Baltique

La Finlande a invité les chefs d'Etat et de gouvernement des pays riverains de la Baltique à un sommet le 10 février, destiné à sauver la mer, considérée par les autorités finlandaises comme la plus polluée de la planète. "Nous voudrions qu'ils viennent ici avec un engagement précis sur ce qu'ils feront, ce que leurs gouvernements feront", a déclaré l'ambassadeur finlandais pour la Baltique, Jari Luoto.



La présidente finlandaise, Tarja Halonen, et le premier ministre, Matti Vanhanen, organisent cette réunion en collaboration avec le Groupe d'action pour la mer Baltique (BSAG), une fondation qui cherche à générer et coordonner les initiatives pour sauver cette étendue d'eau menacée par la pollution.

DU CONCRET APRÈS L'ÉCHEC DE COPENHAGUE

Les eaux peu profondes, enclavées et saumâtres de la Baltique sont particulièrement vulnérables à la pollution car elles mettent beaucoup plus longtemps que les autres mers pour éliminer les substances toxiques. Après l'échec du sommet de Copenhague sur le climat, le sommet de la Baltique veut "se concentrer sur la mise en œuvre et l'action", plutôt que d'être une plate-forme de négociation, ou d'accoucher d'une simple déclaration, a affirmé M. Luoto.

Parmi "la centaine d'engagements" à des actions concrètes, qui doivent être pris à Helsinki pour sauver la Baltique, certains concerneront notamment le recyclage des eaux usées ou la sécurité maritime.

Les neuf nations riveraines de la Baltique (Suède, Danemark, Allemagne, Pologne, Russie, Estonie, Lettonie, Lituanie et Finlande) ont confirmé "un haut niveau" de participation, a assuré M.Luoto, ajoutant que les noms des représentants seraient annoncés le 2 février. D'après les médias finlandais, le premier ministre russe, Vladimir Poutine, et la chancelière allemande, Angela Merkel, seront présents. Ont également été invités la Norvège en tant que voisin et contributeur aux efforts d'assainissement de la Baltique, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, des responsables de milieux d'affaires, ainsi que des ONG. Au total, environ 400 personnes sont attendues.

Article original: http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/01/26/la-finlande-organise-un-sommet-pour-sauver-la-baltique_1297068_3244.html

L'éolienne individuelle, une idée dans le vent

Les maisons danoises disposeront bientôt d'éoliennes individuelles, explique Politiken. Un mini-éolienne peut produire environ 1 500 kilowatts par an et son coût se situe entre 35 000 et 65 000 couronnes danoises [entre 4 700 et 8 740 euros]. L'entreprise Logik & Co. en a déjà installé une dizaine. "Il ne reste plus qu'à tester les conditions de vent pour pouvoir offrir la meilleure solution aux clients", affirme Balder Johansen, le responsable de l'entreprise. Logik & Co. a déjà reçu plus de 2 000 demandes d'information pour la mise en place de ces éoliennes.

Article original: http://www.courrierinternational.com/breve/2009/12/29/l-eolienne-individuelle-une-idee-dans-le-vent

Bernard Aubertin accueille le public dimanche 31 janvier pour découvrir le grand-orgue qu'il a réalisé pour le Danemark

Bernard Aubertin va accueillir le public dimanche après-midi pour découvrir le grand-orgue qu'il a réalisé pour le Danemark

La Manufacture d'Orgues Bernard Aubertin, Grand Prix Made in Jura, est installée dans l'ancien prieuré de Courtefontaine, une commune jurassienne de plus de 200 habitants située dans la Forêt de Chaux. Bernard Aubertin, ambassadeur de l'économie à l'étranger, achève en ce moment la construction du premier grand orgue emporté par un organier français pour un marché public au Danemark. Il sera installé dans la ville de Mariager (environ 2 500 habitants, Jutland du Nord).

L'instrument est composé de 3 claviers-pédale, 46 jeux, soit environ 3 000 tuyaux. Sa hauteur est celle d'une maison de 4 étages. Sa palette sonore riche et variée va des infra-sons aux ultra-sons, du pianissimo au fortissimo. Les grands buffets sont conçus selon les Nombres et leurs formes sont harmonisées d'après le principe du Nombre d'Or via une canne de Maître d'Oeuvre portant des divisions anthropomorphiques.

Cet instrument sera présenté au public le dimanche 31 janvier à partir de 14 h 30 dans les ateliers de Courtefontaine. Manufacture d'orgues Bernard Aubertin, L'ancien Prieuré - rue de l'Eglise, à Courtefontaine, tél. 03 84 81 32 66, mail : orgues.aubertin@wanadoo.fr

Article original: http://www.newspress.fr/communique_224511_1426_RSS-FR-ZON-39.aspx

Le Danemark va tester les scanners corporels à l'aéroport de Copenhague

Les scanners corporels dans les aéroports intéressent de plus en plus de pays européens. Après la Grande-Bretagne et les Pays-Bas, le Danemark a donné, vendredi 29 janvier, son feu vert pour tester, d'ici à six mois, cette technologie à l'aéroport international de Copenhague.

Des scanners corporels sont actuellement testés à Londres-Heathrow et Amsterdam-Schiphol. Leur utilisation fait suite à la tentative d'attentat du 25 décembre sur un vol de la Northwest Airlines entre Amsterdam et Detroit, aux Etats-Unis. Un Nigérian avait caché le long de sa cuisse de la poudre explosive en vue de faire sauter l'appareil, sans que la substance ait été détectée au moment de l'embarquement.

La présidence espagnole de l'Union européenne a souhaité, jeudi 7 janvier, une position commune sur l'usage de ces scanners, alors que les pays européens agissent en ordre dispersé sur la question depuis cet attentat manqué.

Article original: http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/01/29/le-danemark-va-tester-les-scanners-corporels-a-l-aeroport-de-copenhague_1298768_3214.html

lundi 11 janvier 2010

La plus corse des Danoises

Tove Brockdorff-Vognsgaard-Parenti, 93 ans, baronne danoise, mécène, chevalier de la Légion d'honneur, a choisi de vivre à Ajaccio dont elle est citoyenne d'honneur.

Lire la suite

Google Chrome made in Danemark

Il y a un an, Google donnait une bonne frousse à Microsoft en lançant son propre navigateur : Google Chrome. Ce dernier n’a pas été élaboré au fameux Googleplex, le siège social de la compagnie, en Californie. Il est plutôt né dans une étable danoise.

L’aventure a commencé il y a trois ans, quand le géant du secteur technologique a engagé Lars Bak, un génie danois des logiciels informatiques. Le hic, c’est que M. Bak n’avait pas l’intention de déménager à Silicon Valley, où il avait déjà vécu. «Même si à Silicon Valley, on peut avoir la chance de déjeuner avec un génie lanceur de fusées, ma femme et moi voulions que nos filles grandissent au Da­nemark», a-t-il raconté à Métro.

Bien que ce ne soit pas dans les habitudes de Google, la compagnie permet à Bak de travailler de la maison – et pas n’importe quelle maison : une ferme de 150 ans située en périphérie de la ville d’Aarhus. «Quelque temps après notre déménagement, nous avons rénové les différentes granges pour qu’elles nous soient utiles, a expliqué Lars Bak. Quand tout a été terminé, j’ai eu un bureau à la maison de 100 m3 avec des murs épais et un plafond très haut. L’idée de départ était d’avoir une sorte de pépinière permettant l’éclosion de nouvelles idées.»

Une question de concentration

C’est dans cette ferme convertie en bureau que M. Bak a usé de son génie pour créer Chrome, un navigateur 56 fois plus rapide que ses compétiteurs. «Ce logiciel est très technique. Ça aide énormément de ne pas être dérangé à tout moment. Tout est une question de concentration. L’endroit est donc idéal pour mettre au point des technologies en commençant par la base», a souligné le créateur.

La ferme des Bak n’est toutefois pas complètement isolée. Il peut se rendre en moto à Aarhus, la deuxième plus grande ville du Danemark. Il a même dû louer un espace de bureau à l’Université d’Aarhus parce que son équipe s’agrandit. «Bien sûr, Aarhus n’est pas Silicon Valley, a indiqué Lars Bak. Ici, il n’y a ni interruptions, ni rendez-vous, ni visiteurs. Pour cette raison, il est vraiment chouette de vivre à la campagne.»

Article original: http://www.journalmetro.com/ma%20vie/article/399410--google-chrome-made-in-danemark

Astrid Kruse Jensen, Entre réalité et imaginaire

La Maison du Danemark (Paris, 8ème) expose du 29 janvier au 7 mars 2010, l’artiste Astrid Kruse Jensen. Cette première exposition personnelle à Paris sera l’occasion de découvrir une sélection de photographies issues de trois de ses projets récents : Imaginary Realities, Parallel Landscapes et The Construction of Memories.

Lire la suite

Les Pays Nordiques invités d'honneur du Salon du Livre de Paris 2011

Les pays nordiques seront les invités d'honneur de l'édition 2011 du Salon du Livre de Paris. La décision a été prise par le Syndicat National de l'Edition, lors d'une réunion le 4 novembre 2009.

Ce sera la première fois que les cinq pays nordiques - Danemark, Finlande, Islande, Norvège et Suède - seront présentés ensemble lors d'un salon du livre international.

Le Salon du Livre de Paris offrira une possibilité unique de présenter la littérature nordique dans toute son ampleur - les régions Sames, les îles Féroé et le Groenland inclus - à une audience française mais aussi internationale.

Article original: http://www.newspress.fr/Communique_FR_223599_4231.aspx

Kasper Bjørke - Standing On Top Of Utopia

En 2007, le Danois Kasper Bjørke avait surpris son petit monde avec un excellent premier album sur le label Plant Music. Trois ans plus tard, maintenant installé au Danemark, il délivre une petite pépite qui révèle au fil des écoutes un disque racé et funky.

Lire la suite

Scandipop • Nabiha

Beaucoup d’artistes scandinaves sont apparus ces dernières années sur le devant de la scène internationale, notamment Robyn, Alphabeat, September, ou encore, mais ça date un peu plus, Aqua. Aujourd’hui, débarque une petite nouvelle: Nabiha. Bien que sa notoriété ne soit que nationale pour le moment, cette nouvelle venue a un avenir prometteur.

Lire la suite

Interview Ole Bornedal (Just Another Love Story)

Revenu d'une expérience difficile à Hollywood, où il travailla pour Miramax et les frères Weinstein, le réalisateur du Veilleur de nuit Ole Bornedal s'est refait une santé cinématographique dans son pays d'origine, le Danemark, où il alterne entre le théâtre et le cinéma dit de genre. Son dernier thriller en date, Just Another Love Story, nous éclaire à sa façon sur les conflits qui l'habitent.



A quel genre identifiez-vous votre film ?

Les gens qui sont plus alertes que moi au sujet du Cinéma en général me disent que Just Another Love Story est un film « Noir » parce qu'il met en avant les sentiments humains les plus sombres, une histoire d'amour qui tourne mal, et enfin un personnage guidé par l'amour et la concupiscence qui va tout perdre à la fin de l'histoire. Ce sont apparemment des thèmes récurrents du film « Noir » à ce qu'on me dit. Mais lorsque vous débutez votre film sur le corps d'un homme en train de mourir sous la pluie, et dont la voix-off vous dit « voilà, je suis mort » c'est évidemment une référence à l'ouverture du Boulevard du crépuscule de Billy Wilder, qui est j'imagine un film Noir également.

Cependant votre titre insiste sur la notion de « love story »...

J'imagine que tous mes films se situent au carrefour des genres. J'aime que le récit se joue de l'audience et de ses attentes. En général, j'aime les films qui me mettent dans une situation d'inconfort et où je ne sais plus trop dans quelle direction je me dirige. Et il y aurait des passages de Just Another Love Story qu'on pourrait presque qualifier de comédie, avant qu'ils ne deviennent subitement effrayants. Est-ce que c'est la mécanique du suspense, du thriller qui veut ça ? Je l'ignore. Mais comme vous le reprécisez, le film est effectivement une love story, quoi qu'on en dise. Ce sera donc au spectateur de déterminer précisément le genre selon son ressenti.

Si l'on en croit le parcours de votre héros, un fantasme, s'il est vécu, finira par vous tuer. Il est toujours étonnant qu'un réalisateur de films puisse mettre en garde sur l'incompatibilité dramatique entre réalité et fantasme.

Il est évident que mon personnage est guidé par son fantasme et son désir d'une vie nouvelle, et je crois que chaque être humain porte en lui ce conflit sur ce que sa vie « pourrait » être. Il arrive que vous ne soyez pas satisfait par votre expérience de vie et que vous regardiez celle du voisin. « Et si j'étais un jardinier plutôt qu'un critique de films ? », « et si je séduisais la femme de mon voisin ? ». Et vous portez toujours plus ou moins ce rêve en vous, d'une façon plus ou moins déguisée ; et il arrive que vous ayez à le vivre. J'imagine que la morale de Just Another Love Story, s'il fallait en chercher une, annonce qu'on peut vivre ces choses-là sans oublier qu'elles sont par nature dangereuses, et qu'il vaut parfois mieux apprendre à se satisfaire de ce qu'on a déjà. Il y a toujours un prix à payer pour sortir de sa coquille et devenir quelqu'un d'autre. Dans cette histoire, le prix à payer est fatal pour notre héros. Ceci dit, prendre ces décisions, entamer ces actions dangereuses, fait partie intégrante de la vie. Se rendre les choses difficiles est une composante de l'existence. Je pense que notre mode de vie rituel, occidental et industrialisé, a tendance à nous faire vivre les choses en présence constante d'un airbag. Cet airbag se déclenche à chaque fois que vous devez prendre une décision difficile. Il y aura toujours un thérapeute ou quelque personne dans le genre pour vous aider à franchir le cap. Ainsi, rien ne nous est vraiment difficile et j'en viens à me demander si c'est une si bonne chose. Ne devrions-nous pas, de temps en temps, sauter d'un avion sans parachute ?

Il y a un jeu intéressant qui s'effectue dans le montage des premières séquences de dialogues à l'hôpital, lorsque le héros raconte à Julia la femme amnésique comment s'est effectuée leur rencontre. Ils se voient chacun dans un environnement différent, ce qui nous fait alterner entre la réalité de l'hôpital et le fantasme que le héros invente de toutes pièces, fantasme qui ainsi prend vie dans l'esprit de Julia. Cependant, Julia est également hantée par des images qu'elle associe à un cauchemar et qui, pourtant, traduisent une réalité bel et bien vécue. On dirait ainsi que malgré tous leurs efforts de communication, ces personnages sont condamnés à évoluer dans leur propre bulle, qu'elle soit imaginaire ou pas.

Oui, c'est vrai... Finalement c'est assez complexe quand on le met à plat. Et ce fut assez complexe à écrire et à mettre en place puisque tous ces niveaux s'interpénètrent. Il y a à la fois la « réalité », puis une réalité fantasmée, puis un rêve qui est en fait un souvenir réel, et enfin tous ces niveaux sont recouverts par le mensonge. J'écris toujours mes propres scripts mais je ne saurais trop déconseiller aux réalisateurs d'écrire eux-mêmes de telles histoires, qui jouent avec le concept d'identité. On en arrive très vite à une complexité presque mathématique pour savoir qui joue à être quoi dans chaque scène et connecter ces différents niveaux d'identité. Ce fut donc un script très difficile à écrire, d'autant plus difficile que je m'étais retrouvé, il y a quelques années, dans une situation similaire à celle de mon héros Jonathan. Ma vie familiale, le rapport avec ma femme, étaient devenus très compliqués. A un moment, j'ai dû la quitter et, malheureusement, j'ai dû lui mentir en prenant cette décision. Je me suis donc retrouvé au cœur de ce complexe d'identité, à porter deux visages simultanément, ce qui est absolument malsain et ne saurait être recommandé. Mais dans la situation où je m'étais trouvé, je pensais que c'était ce qu'il fallait faire.

Et quelle était cette situation ?

La situation classique ; j'étais avec une autre femme. Ainsi, comme vous pouvez l'imaginer, l'écriture de ce film était donc délicate puisqu'elle me ramenait obligatoirement à mes propres démons, aux différents salauds qui se cachent en moi. Au Danemark, lorsque vous vous retrouvez dans une situation comme celle-ci, qui mêle du mensonge, de la jalousie et qui vous paraît inextricable, l'expression employée est « on se croirait dans un film français » ! Cela pourrait faire de Just Another Love Story une sorte de film français.

... mâtiné de cinéma italien, si l'on en croit l'influence occasionnelle d'Antonioni.

Oh vous trouvez ? J'ai toujours été grandement influencé par les maîtres italiens quand il s'agit de drame et de jeu d'acteur, à la fois comique et trempé. Les personnages danois, dans la tradition de Dreyer, sont toujours très introvertis. Et je crois que les miens ont plus souvent tendance à être extravertis. Fellini et les néoréalistes m'ont beaucoup influencé à ce titre. Si je devais positionner mes penchants naturels au Cinéma, je me trouverais quelque part entre Fellini et Bergman, sous le parrainage de Polanski et d'Hitchcock.

Qu'est-ce que vous avez retiré de votre expérience contrariée à Hollywood ?

Que faire des films devrait être quelque chose de simple. Que lorsque vous vous êtes mis d'accord sur un scénario, tout le monde devrait marcher dans la même direction. La beauté du Cinéma est dans son évidence. Mais avec cinq producteurs exécutifs rattachés au projet, dix autres superviseurs et un président de studio, chacun tirant dans des directions différentes, il n'y a plus rien d'évident. Voilà pourquoi Hollywood en vient si souvent à vous proposer des films dans lesquels beaucoup de choses magnifiques apparaissent à l'écran mais rien qui vous relie à ces choses. C'est un opéra dans lequel chaque personnage chante trop fort ou trop haut dans l'espoir de se faire entendre. Cependant, le cinéma américain moderne, y compris celui à gros budget, semble vouloir se diriger vers d'autres façons de faire. J'ai trouvé que le dernier Batman (The Dark Knight) était un film très intéressant.

Maintenant, ce que cette expérience m'a apporté personnellement, c'est une plus grande facilité à trouver les gens dont j'ai besoin. Disons que j'ai été comme un jeune homme excité qui aurait traîné de lit en lit avant de trouver la femme qu'il pourrait vraiment aimer. Et durant son parcours, il aurait croisé tous les genres de femmes, y compris quelques salopes plus ou moins déséquilibrées. Il en irait de même pour les producteurs de films. (rires)

Oui, j'imagine que les salopes pourraient même être des frères... Et donc vous travaillez toujours avec les Américains mais à une certaine distance ?

Non pas du tout. Je travaille étroitement avec les gens de Focus Features, entre Londres et New York ; c'est une compagnie brillante dirigée par des gens décents. Actuellement je suis sur une adaptation du roman The Husband, de Dean Koontz, pour le bureau new-yorkais et je débute bientôt sur un autre projet pour le bureau de Londres. La communication avec eux est facile et il n'y a pas de salopes...

Article Original: http://www.excessif.com/cinema/actu-cinema/dossiers/interview-ole-bornedal-just-another-love-story-5626981-760.html

Danemark: hausse du chômage à 4,4%

Le chômage a de nouveau augmenté en novembre au Danemark, atteignant 4,4% de la population active contre 4,2% le mois précédent, son taux le plus élevé depuis janvier 2006, a annoncé jeudi l'Institut national de la statistique.

Le nombre de chômeurs s'est accru de 5.000 personnes en novembre à 122.700 demandeurs d'emploi. Depuis juin 2008, lorsque le taux de chômage était au plus bas à 1,6%, le nombre de chômeurs a augmenté de 76.900 personnes, soit une hausse de 168%. En juillet et août dernier, le taux de chômage était de 3,7%.

Le Danemark est sorti de la récession au troisième trimestre 2009 après quatre trimestres de recul du Produit intérieur brut (PIB), un rebond tiré principalement selon les économistes par des mesures de relance publique.

Article original: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/01/07/01011-20100107FILWWW00468-danemark-hausse-du-chomage-a-44.php

Danemark : 6,2 mds pour les banques

Le gouvernement danois a injecté 46 milliards de couronnes (6,2 milliards d'euros) en 2009 dans le cadre de son plan de soutien aux banques qui s'est achevé le 31 décembre. Cette somme représente la moitié de la ligne de crédit initialement accordée, a annoncé le gouvernement vendredi.

Quelques 43 établissements ont bénéficié de l'aide du gouvernement scandinave, a indiqué le ministère de l'Economie et du Commerce dans un communiqué, selon qui la mesure a permis d'augmenter le ratio des fonds propres des banques danoises de 3 points de pourcentage en moyenne.

Article Original: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/01/08/01011-20100108FILWWW00458-danemark-62-mds-pour-les-banques.php

Les partis danois veulent durcir les lois sur les étrangers après la tentative de meurtre contre un caricaturiste

Après la tentative de meurtre contre le dessinateur danois Kurt Westergaard, auteur en 2005 d'une caricature de Mahomet, commise vendredi 1er janvier par un Somalien lié à des réseaux terroristes, l'extrême droite danoise a exigé un durcissement de la politique vis-à-vis des étrangers.

Agé de 28 ans, bénéficiaire d'un permis de séjour au Danemark, le Somalien, dont l'identité n'a pas été révélée par la police, a été emprisonné plusieurs mois au Kenya en 2009, soupçonné, selon le quotidien Politiken, d'avoir préparé un attentat contre la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

Pia Kjærsgaard, la présidente du Parti du peuple danois (DF), qui sert depuis 2001 de soutien parlementaire au gouvernement minoritaire libéral-conservateur, veut un plan pour expulser les personnes soupçonnées de terrorisme. "Il n'est pas acceptable que le Danemark fonctionne comme un sanctuaire pour les terroristes du monde entier simplement parce qu'une majorité du Parlement, par le passé, avait choisi d'ouvrir nos frontières en grand. Cela doit être et cela sera stoppé", a déclaré Mme Kjærsgaard.

"Etat de droit"

La responsable d'extrême droite faisait référence à un autre Somalien ayant vécu au Danemark, qui a commis un attentat-suicide, le 3 décembre, à Mogadiscio, causant la mort de 23 personnes, dont trois ministres. DF exige également des services de renseignement de savoir combien d'islamistes liés au terrorisme sont hébergés sur le sol danois.

Comme souvent dans les domaines liés aux étrangers, DF a donné le ton à la plupart des autres partis. Le Parti libéral, membre de la coalition gouvernementale, a demandé aux services de renseignement de dire s'ils avaient besoin de règles nouvelles pour expulser des gens soupçonnés de projets ou de liens terroristes. La ministre libérale de l'immigration a annoncé qu'elle ferait en sorte que les islamistes soupçonnés de terrorisme puissent être expulsés plus facilement. Elle a en outre proposé que les étrangers, qui ne veulent pas s'intégrer, obtiennent plus difficilement un permis de séjour.

Dans l'opposition, les sociaux-démocrates, partisans comme la plupart des partis danois d'une ligne dure vis-à-vis de l'immigration, se sont dits ouverts à des propositions du gouvernement. Le Parti socialiste populaire (SF) souhaite intervenir plus en amont, dans le processus de radicalisation et interdire l'accès aux pages Internet liées à la fabrication de bombes ou à l'égorgement d'otages de la même façon que la pornographie enfantine est prohibée. "Expulser les gens ne règle pas tous les problèmes", a déclaré Karina Lorentzen, porte-parole pour les affaires judiciaires de SF.

Seul le Parti radical a mis en garde contre un durcissement précipité de la législation et s'oppose à ce que de simples soupçons suffisent à expulser les gens. "Nous vivons dans un Etat de droit. Nous sommes contre l'idée de punir des gens sans que leur cas ne soit examiné par un tribunal. Au Danemark, ce sont les juges qui jugent, pas les politiciens ni les policiers", a rappelé Marianne Jelved, sa porte-parole pour les affaires d'intégration.

Article Original: http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/01/05/les-partis-danois-veulent-durcir-les-lois-sur-les-etrangers-apres-la-tentative-de-meurtre-contre-un-caricaturiste_1287635_3214.html

Mourir pour un dessin ?

Kurt Westergaard, 74 ans, dessinateur de presse “radical”, fut en 2005 l’un des auteurs des douze caricatures de Mahomet qui soulevèrent la colère des islamistes. Le 1er janvier, un jeune Somalien s’est introduit chez lui, armé d’une hache et d’un couteau.

Lire la suite

Danemark : l'inflation remonte à 1,4% en décembre

Les prix à la consommation au Danemark ont légèrement augmenté en décembre, atteignant 1,4% en glissement annuel, contre 1,3% en novembre, toujours sur un an, a indiqué lundi l'Institut national de la statistique.
Mais l'inflation sur un an, de 2008 à 2009, a été réduite de près de moitié, s'élevant à 1,3% (de janvier à décembre 2009) contre 3,4% au cours de l'année précédente, en raison notamment de prix moins élevés des produits alimentaires et de l'essence, selon l'Institut.
Sur un mois, de novembre à décembre 2009, les prix ont diminué de 0,2%.
Les prix dans le secteur de l'éducation ont augmenté de 4,4% au cours des douze derniers mois en raison principalement de coûts croissants des écoles du soir. Ceux des transports et autres marchandises et services ont également progressé de 3,4%.
En décembre 2009, les prix ont cependant baissé dans le secteur alimentaire et des boissons non alcoolisées (-3,0%) et des communications (-1,8%), toujours sur un an.
Calculée selon l'indice harmonisé (HICP) de l'Union européenne, la hausse des prix de 2008 à 2009 a atteint 1,1% contre 3,6% de 2007 à 2008.

Article original: http://www.lesechos.fr/info/inter/afp_00220581.htm?xtor=RSS-2053

Les activistes retenus au Danemark libérés

Les quatre militants de Greenpeace arrêtés lors du sommet de Copenhague, parmi lesquels un Suisse, ont été libérés, a indiqué l'organisation écologiste. Se réjouissant de cette nouvelle, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a précisé s'être engagé "intensivement" en leur faveur.

Lire la suite

Mads par Mads

L'acteur danois Mads Mikkelsen, à l'affiche de "Coco Chanel & Igor Stravinsky", évoque pour nous les grandes étapes de sa carrière. Du "Roi Arthur" au Chiffre, le méchant du James Bond "Casino Royale".

Lire la suite

Les Danois disent non au tabac

Soixante-et-onze pour cent des Danois sont favorables à une augmentation des taxes sur le tabac ainsi qu’à l’interdiction du marketing direct en faveur de la cigarette dans les supermarchés. Ils sont 84 % à prôner l'interdiction de fumer devant des enfants. C'est ce qui ressort d'un sondage publié par le Berlingske Tidende. Cette étude montre que les Danois sont en phase avec les recommandations présentées par le Comité de prévention sanitaire en avril 2009. A cette époque, le gouvernement avait refusé de les mettre en application, estimant qu’elles représentaient un risque politique. Au regard de ce sondage, Hans Storm, représentant de la Société danoise contre le cancer, estime que "c'est maintenant au Parlement et au gouvernement de prendre leurs responsabilités".

Article original: http://www.courrierinternational.com/breve/2009/12/30/les-danois-disent-non-au-tabac

L'éolienne individuelle, une idée dans le vent

Les maisons danoises disposeront bientôt d'éoliennes individuelles, explique Politiken. Un mini-éolienne peut produire environ 1 500 kilowatts par an et son coût se situe entre 35 000 et 65 000 couronnes danoises [entre 4 700 et 8 740 euros]. L'entreprise Logik & Co. en a déjà installé une dizaine. "Il ne reste plus qu'à tester les conditions de vent pour pouvoir offrir la meilleure solution aux clients", affirme Balder Johansen, le responsable de l'entreprise. Logik & Co. a déjà reçu plus de 2 000 demandes d'information pour la mise en place de ces éoliennes.

Article original: http://www.courrierinternational.com/breve/2009/12/29/l-eolienne-individuelle-une-idee-dans-le-vent

Les pasteurs veulent rester liés à l'Etat

Le quotidien danois Information a réalisé un sondage auprès de 700 pasteurs pour connaître leur opinion sur une éventuelle séparation de l'Eglise et de l’Etat. La réponse est claire : 69 % y sont opposés, seuls 14 % y sont favorables. Selon plusieurs spécialistes, ce refus est lié à une crainte des pasteurs pour leur confort personnel. "Comme tout le monde, ils s’inquiètent pour la sécurité de leur emploi", explique Svend Andersen, professeur de théologie à l’université d’Aarhus.

Article original: http://www.courrierinternational.com/breve/2009/12/29/les-pasteurs-veulent-rester-lies-a-l-etat

L'intégration, ça peut rapporter

Le parti libéral Venstre, qui gouverne avec le parti conservateur, veut donner 15 000 couronnes danoises (2 000 euros) aux femmes immigrées. En échange, elles devront suivre des cours de danois et accomplir des progrès substantiels. Elles devront aussi suivre des cours de démocratie et faire une formation. L’idée est de faire entrer sur le marché du travail environ 10 000 femmes qui ne travaillent pas, ne reçoivent aucune aide sociale et sont plus ou moins isolées. "Une partie de ces femmes souhaitent faire partie de la société danoise, mais elles en sont exclues par leurs maris, qui exercent sur elles une espèce de contrôle social", affirme Karsten Lauritzen, l'un des porte-parole du parti, dans le quotidien Jyllands-Posten. Cette proposition s'appuie sur les résultats d'une récente étude selon laquelle une partie des femmes venues au Danemark via le regroupement familial y vivent depuis de nombreuses années sans contact réel avec le reste de la société. Au Parlement, une majorité est favorable à ce projet.

Article original: http://www.courrierinternational.com/breve/2009/12/28/l-integration-ca-peut-rapporter

Réponse à l'article "Le miroir danois"

J'ai lu avec beaucoup d'attention le texte de Louis-Gilles Francoeur dans l'édition du Devoir de vendredi, s'intitulant «Le miroir danois». Il y a deux ans, j'ai eu l'occasion de séjourner pendant quelques mois dans une ville du nord du Danemark. Tout comme M. Francoeur, j'ai fait sensiblement les mêmes observations. Je pensais arriver au Danemark et retrouver une version plus ou moins européenne du Québec. Or il n'en est rien. Il faut se rendre à l'évidence qu'il s'agit d'un pays beaucoup plus avancé que le nôtre à presque tous les niveaux. En nombre, la population est sensiblement la même qu'au Québec. Pourtant, le pays a articulé son développement d'une tout autre manière.

Ainsi, le Danemark, ce n'est pas simplement le transport en commun, le nombre très élevé de pistes cyclables ou encore l'aménagement du territoire en général. C'est aussi un pays où les habitants ont un degré de conscience et de raffinement très élevé. Que ce soit sur le plan environnemental, mais aussi de leur propre confort qui s'harmonise et s'intègre dans un cadre de vie nordique. De plus, il s'agit d'un pays possédant l'un des taux de natalité les plus élevés au monde ainsi qu'un filet social extrêmement élevé. Au Danemark, les gens font des choix de société qui démontrent un tel avancement qu'il est presque difficile d'imaginer cela au Québec même dans vingt-cinq ans. Il y a quelques semaines, j'ai dû me rendre à Stockholm et, encore une fois, j'ai fait le même constat.

Le Québec devrait vraiment essayer de resserrer ses liens avec cette partie de la planète qui, de toute évidence, a beaucoup de leçons à nous apprendre. Nos dirigeants semblent souvent s'inspirer de la France dans l'élaboration de mesures et de programmes sociaux. Cependant, c'est plus au nord que nous devrions puiser nos idées pour essayer de construire un État plus avancé à tous les niveaux.

Article Original: http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/279886/lettres-le-miroir-danois

Le miroir danois

La pire façon de découvrir un pays, c'est d'aller y couvrir un événement comme journaliste. On est enfermé dans de grands hôtels où on passe du restaurant aux salles de conférence après le petit-déjeuner et on revient à sa chambre généralement tard le soir après avoir terminé son texte. Si on est chanceux, on a un peu de temps pour aller manger avec les collègues, ce qui nous fait découvrir un ou deux restaurants du centre-ville.

Mais en mars dernier, il n'y avait pratiquement plus de places disponibles dans les hôtels du centre-ville de Copenhague, à moins de débourser entre 600 et 1000 euros par nuit. J'ai fini par dénicher sur Internet un petit hôtel qui se trouve à l'opposé du centre-ville, plus loin encore que l'aéroport, dans un petit patelin qui s'appelle Graco. Panique la première journée, car avant de trouver la manière de me rendre au Bella Center, j'étais littéralement congelé après des heures d'attente à des coins de rue ou sur des quais de gare. Ces quelques heures dehors m'ont au moins sorti momentanément du décalage horaire et m'ont permis de m'orienter avant le grand coup d'envoi du lundi matin. Et heureusement, car même en me levant à six heures, il aurait fallu que je fasse le pied de grue pendant au moins trois heures pour atteindre le comptoir d'enregistrement des participants. J'avoue avoir triché un peu en m'insérant dans une équipe de télévision française qui a été autorisée à passer devant tout le monde pour ne pas rater sa mise en ondes... Ah, les liens de la culture!

Des choses intrigantes

Puis j'ai commencé à découvrir peu à peu ce pays et ses maisons qui donnent l'impression de n'avoir pas de solage tellement elles sont accroupies sur le sol, à cause sans doute du poids de leurs jolis toits couverts de tuiles, que je n'avais jamais vus enneigés. Le plus drôle, c'est qu'en trois jours d'aller-retour à Draco, j'ai découvert l'essentiel de la région à la noirceur du matin ou du soir, car Copenhague est à une latitude tellement élevée, probablement l'équivalent de Natashquan, qu'ici, les journées sont encore plus courtes en hiver qu'au Québec.

Mais comme je sors de la ville pour me rendre à mon petit havre près de la mer, je vois quand même des choses intrigantes. Par exemple, la route qui contourne l'aéroport et qui longe la mer sur des kilomètres a été construite à plus de 300 mètres du rivage et non dans l'eau, comme à Longueuil, à Québec ou à Beaupré, dans le style unique de notre ministère des Transports. Un employé municipal avec qui je petit-déjeunais avant-hier m'a expliqué que la population avait insisté pour que la berge et le marais salant soient protégés totalement de la barrière artificielle que forme toute route «pour la beauté du rivage et la santé des oiseaux», m'a expliqué l'aubergiste.

Le premier matin, j'ai aussi découvert une grande marina juste devant ma chambre. Mais croyez-le ou non, au lieu de creuser dans la berge pour accommoder le restaurateur, le pompiste et les services de réparation des bateaux de la marina en les rapprochant de la berge, on a plutôt construit la marina au bout du rivage, là où commence la mer. Une petite route étroite y mène, pour une empreinte minimale dans le marais salant. Quand je pense à nos marinas fluviales, que nos bateaux de plaisance rejoignent souvent par de longs canaux creusés dans les marais riverains, je mesure la rigueur environnementale des Danois et la différence me gêne.

Un peu plus loin dans mon champ de vision, au large, à trois ou quatre kilomètres, j'admire un immense parc d'éoliennes géantes plantées en pleine mer. Elles sont près d'une centaine, d'une hauteur d'environ 75 mètres, m'a-t-on expliqué. J'ai immédiatement demandé à mes hôtes s'il y avait eu de l'opposition au nom de la préservation du paysage marin. On m'a regardé comme si j'étais un Martien. Quoi? S'opposer à une signature aussi tangible de ses convictions dans le paysage? Par contre, la construction d'une centrale thermique pas très loin de la même à haute tension qui dessert les éoliennes a fait jaser en raison de sa pollution.

Noël aux chandelles?

Mercredi soir, en sortant du Bella Center, il y avait deux à trois pouces de neige et pas encore trop de vent. J'ai mis mes bottes bien chaudes pour aller faire une marche et voir un peu le village de Graco sous la neige. On balayait mécaniquement les trottoirs plutôt que de les nettoyer avec une gratte et de devoir les saler. Un détail a frappé ma fibre nord-américaine, soit le fait que presque toutes les maisons avaient éteint leurs lumières extérieures et que l'éclairage des rues était fermé, un poteau sur deux, après 10h. Plus intriguant encore, dans plusieurs maisons, on pouvait voir de la rue des chandelles allumées. Était-ce pour ajouter une touche de Noël romantique ou pour conférer aux pièces une atmosphère chaleureuse? Ou par tradition culturelle? Je ne sais pas, mais je suis sûr que ce n'est pas parce qu'on craint de manquer d'électricité.

Et au Danemark, on n'utilise pas les autoroutes en guise de vitrine technologique pour les entrepreneurs en PPP. On fait plutôt goûter aux visiteurs l'efficacité des transports en commun. Je fais ainsi soir et matin mes 25 km entre Draco et le Bella Center en une trentaine de minutes, gratuitement, car le gouvernement a offert des passes gratuites pour tous les transports de la région aux 25 000 étrangers durant les 15 jours de la conférence. Entre l'aéroport et le centre-ville, le Danemark a multiplié les navettes gratuites pour les visiteurs. Ça, c'est du monde accueillant.

Au fond, je m'attendais à retrouver au Danemark un pays relativement semblable au nôtre, question climat et latitude. Mais je me rends compte que non seulement les humains d'ici l'ont façonné en correspondance avec leur culture et leurs valeurs, mais qu'ils le conservent au même moment où nous démolissons pour construire des McDo et des avenues commerciales toutes semblables, de Cincinnati à Joliette, sur le modèle du boulevard Taschereau de Longueuil.

Article Original: http://www.ledevoir.com/environnement/climat/279654/le-miroir-danois


Kontakt 

infos :

Le blog évènements
Le Forum
Boutique du Royaume
Apprendre le Danois
Le Danois sur le net
Méthodes de danois
Alimentation danoise
Rencontres danoises
Liens sur le Danemark
France Danemark
Dannemark
Drapeau Danemark

Régions :

Alborg Arhus Ribe Skagen Tivoli Christiana Mythologie Tivoli Andersen Nyhavn