mardi 30 septembre 2008

"Upside down, les Arctiques": le quai Branly invite sur la banquise

Dorset, Inuit, Yupik, Ipiutak, Okvik... Le musée du quai Branly présente pour la première fois en Europe une sélection d'oeuvres - masques, objets rituels, sculptures... - parmi les plus importantes des arts esquimaux, de la Russie au Groenland, en passant par l'Alaska et le Canada.

Intitulée "Uspide Down, les Arctiques", l'exposition (30 septembre-11 janvier) plonge le visiteur dans les cultures du monde polaire, dont certaines ont plus de 2000 ans, lui donnant l'impression d'avoir quitté Paris pour la banquise: entrée rafraîchie, couleur blanche du sol au plafond, lumière crue ou atténuée et vitrines ressemblant à des blocs de glace, grâce à la scénographie de l'Américain Doug Wheeler.

Une manière aussi de souligner l'absence de verticalité dans une région où la terre et le ciel ne font parfois qu'un, où tout repère entre le haut et le bas ("Upside down" ou "sens dessus dessous") disparaît "quand les vents se lèvent et que la neige poudreuse envahit l'atmosphère", comme l'écrivait en 1973 l'anthropologue Sir Edmund Carpenter, commissaire de l'exposition parisienne.

Quelque 500 pièces sont réunies en provenance des fonds de la Rock Foundation de Sir Carpenter et de musées étrangers (Russie, Danemark, Etats-Unis, Canada).

"Uspide down" se veut une référence également à des cultures qui croient à un monde souterrain où les ancêtres sont représentés à l'envers, tout comme le film projeté à l'entrée de la salle principale dont les artistes se retrouvent la tête en bas.

Un monde où le mythe de Sedna, jeune fille qui règne sur le fond des océans, est le plus important.

Les populations de l'Arctique "sont des chasseurs et les masques mi-hommes mi-animaux représentent le lien de respect entre l'humain et l'animal. C'est la continuité de la vie, les Esquimaux ont besoin des morses ou des phoques pour survivre, donc ils ont un profond respect pour eux", explique Sean Mooney, coordinateur de l'exposition pour la Rock Foundation, en montrant la sculpture en ivoire finement travaillée d'un bébé morse.

Les esprits sont omniprésents dans ces cultures où l'on pratiquait le chamanisme, et de nombreuses sculptures représentent des animaux - têtes d'oiseaux, morses, ours, phoques, baleines - qui, comme les masques, ont des vides pour laisser passer les esprits.

A l'opposé, deux masques mortuaires Ipiutak montrent comment les orifices du visage - yeux, nez, bouche - étaient obturés pour empêcher les mauvais esprits de tourmenter le mort.

L'exposition utilise à plusieurs reprises le mot "esquimau", toujours controversé, en l'absence de terme qui fasse référence à l'ensemble des peuples de l'Arctique. Inuit signifie en effet "les être humains", Yupik "les vrais gens". Pour les premiers, "esquimau" est un terme péjoratif mais pas pour les seconds. Et pour cause, pendant longtemps, il a été prêté au mot "esquimau" la signification de "mangeurs de viande crue", issu d'un terme algonquin, la langue parlée par des indiens d'Amérique. Mais d'autres explications sont avancées. Il proviendrait d'un dialecte des indiens Cree qui pourrait être traduit par "tisseurs de raquettes".

Le promoteur danois Waterliving veut amarrer ses maisons flottantes en France

Le Monde, 30 Septembre 2008.

Lire la suite

vendredi 26 septembre 2008

No country for old men

No country for old men

indiana jones

indiana jones et le temple maudit

dimanche 21 septembre 2008

Tourisme de fertilité au Danemark

Les Vikings repartent en campagne. Oubliez cependant les drakkars déversant, au delà de mers houleuses, des hordes de combattants impitoyables armés de hallebardes et de lances.

Lire la suite

dimanche 14 septembre 2008

La Norvège, championne de l’égalité hommes-femmes

Depuis longtemps, la Norvège a fait de l’égalité entre femmes et hommes une de ses spécificités. Elève modèle en la matière, elle arrive en tête du classement des Nations Unies sur la participation des femmes.

Lire la suite

Au royaume de l'insouciance

Est-il possible d'avoir 20 ans et de penser, contrairement à Paul Nizan, que c'est "le plus bel âge de la vie" ? Est-il pensable, le bac en poche, de se dire qu'on a tout le temps - cinq, huit, pourquoi pas dix ans - pour flâner, butiner, tâtonner, explorer, à la recherche de soi, et d'une voie idéale menant à l'épanouissement ? Est-il concevable, enfin, d'étendre cette période délectable de la "jeunesse" sans la moindre anxiété d'origine matérielle ou de recherche d'emploi ? Mieux : avec la quasi-certitude que les virages, secousses, et multiples expériences du parcours - fût-il vagabond et chaotique - éveilleront chez un employeur potentiel respect, admiration... et se monnaieront ?

Nous sommes décidément loin de Paris et des angoisses qui, d'après tous les sondages, plombent le moral des jeunes Français ainsi que celui de leurs parents. Ici, à Copenhague, la jeunesse à bicyclette se dit résolument "chanceuse et optimiste". Et les Danois qui se confient rient de notre perplexité devant leur stupéfiante décontraction, leur aisance à se déclarer "en construction", et leur formidable confiance dans l'avenir. "Bienvenue au royaume de l'insouciance !", s'exclame un père de famille, universitaire, en couvant du regard deux grands adolescents, qu'il encourage à prendre le large et "partir explorer le monde". Insouciance, c'est bien cela. Les jeunes le confirment qui précisent : "Délicieuse insouciance."

Une étude comparative des jeunesses (16-29 ans) de 17 pays, publiée en 2006 par la Fondation pour l'innovation en politique et réalisée avec l'institut suédois Kairos, donnait des résultats spectaculaires. Seuls 26 % des Français estimaient par exemple leur avenir personnel "prometteur" contre... 60 % des Danois. 27 % des Français se disaient persuadés d'avoir "un bon travail dans l'avenir" contre... 60 % des Danois. 32 % des Français se disaient "satisfaits" de leur vie contre... 51 % des Danois. Et 22 % des Français affirmaient avoir une liberté et un contrôle total sur leur propre avenir contre... 45 % des Danois. Enfin, interrogés sur les qualités à développer chez l'enfant, les Français choisissaient "l'obéissance" tandis que les Danois plébiscitaient "l'indépendance". Un paradoxe, quarante ans après le mouvement antiautoritaire des jeunes de Mai 68. Mais un choix de valeurs très significatif des différentes conceptions de l'apprentissage de la vie.

"C'est fascinant !, observe Cecile Van de Velde, auteur d'une thèse Devenir adulte, sociologie comparée de la jeunesse en Europe, publiée cette année chez PUF. Français et Danois se situent aux deux extrêmes d'un panel européen. Aux Français anxieux, pressés par le temps, cernés par le chômage, convaincus que leur destin se joue avant 25 ans et qu'un échec ou une erreur d'orientation se paient durant toute la vie, s'opposent les Danois confiants, financièrement autonomes grâce à des bourses, prêts et petits boulots, encouragés à l'exploration et à la mobilité, avec un horizon ascendant et un marché de l'emploi avide de leur apport."

Le tableau est dressé, que l'on croirait caricatural. Mais la vingtaine de jeunes gens rencontrés à Copenhague, en ce début septembre, n'auront de cesse de l'accréditer. "La jeunesse est ici une époque bénie, explique Sven Morch, professeur de psychologie à l'université de Copenhague. Ce qu'elle évoque, véhicule, implique est d'ailleurs si populaire, si positif, que tout le monde voudrait en être et qu'elle tend à s'allonger à l'infini." S'allonger ? "Les enfants piaffent d'aborder ce rivage et les parents précipitent le mouvement en basant l'éducation de leurs gamins sur l'autonomie et en les habillant très tôt en ados. Dans l'entreprise, les emplois doivent de plus en plus avoir l'attrait du "job", être distrayants, permettre le développement individuel et même paraître sexy !" La société danoise a pour la jeunesse, dit-il, toutes les indulgences et toutes les attentions. "Et nos jeunes excellent à être jeunes !"

Cela fait sourire la bande de garçons, de 17 à 20 ans, réunis ce dimanche dans le jardin des parents de l'un d'eux. Oui, ils ont bien l'intention d'être "bons" dans la position de "jeunes". Oui, la vie, ces prochaines années, promet d'être "vraiment cool". Comme elle le fut déjà, reconnaissent-ils, pendant toute leur scolarité. Pas d'angoisses de carnets de notes ou de devoirs sur table ? "Jamais ! Toute idée de classement est inacceptable, assure Stefan, 20 ans. Elle irait à l'encontre de l'égalité sur laquelle est fondée notre social-démocratie. Les profs comme les parents tentent toujours de trouver du positif. Ce qui compte, c'est d'être soi-même et de se sentir bien."

Pas de stress, de retenues, de sélection, encore moins de redoublements. Surtout, jamais de menaces associant une profession dévalorisée à un échec scolaire, du genre : "Si tu ne travailles pas, tu finiras..." L'échelle des revenus étant de toute façon très serrée, le diplôme ne garantira pas un salaire plus élevé, une meilleure qualité de vie, ou l'unique moyen de s'élever socialement. Alors, pas de chantage !

Entre collège et lycée, il arrive que des élèves fassent "une pause", en s'inscrivant dans une "école du peuple", un internat où, loin des programmes scolaires classiques, ils se consacreront à leurs passions : sports, art, environnement. Marcus, 17 ans, se souvient de cette année où il a développé un projet sur la musique cubaine et effectué un séjour à Paris et à Cuba comme d'un moment merveilleux et essentiel, où il a "grandi, rêvé, appris à vivre et composer avec les autres, et penser à la vie". Encore deux ans de lycée, et il fera de nouveau une pause. Un an, dit-il. Pour aller sur les routes. "En Espagne, peut-être ; prendre un job de serveur ; bourlinguer ; avant d'entreprendre des études d'anthropologie."

P2P : Les détenteurs d’accès Wi-Fi présumés innocents

La lutte contre le piratage et la technique ne font pas bon ménage. A l’heure du Wi-Fi, le fait d’accuser le détenteur d’un point d’accès de connexion à Internet de contrefaçon et/ou de piratage est au cœur de nombreux procès intentés par les ayants droit à travers le monde. La semaine dernière, la justice danoise a relaxé deux femmes accusées d’avoir mis à disposition sur Internet des fichiers de musique protégés par le droit d’auteur. Leur défense ? Leur connexion Internet a été utilisée par des inconnus.

Il y a quelques temps, l’Antipiratgruppen, une branche de l’IFPI, a accusé deux danoises d’avoir mis à disposition (uploadé) des morceaux de musique illégaux sur le net rapporte nos confrères de TorrentFreak. Ils estiment le préjudice à 30 000 dollars et 32 000 dollars pour l’autre. Les deux femmes ont reconnu avoir des logiciels de P2P sur leur ordinateur. Surtout elles n’ont pas nié que des téléchargements illégaux avaient eu lieu via leur connexion Internet. Mais elles ont indiqué qu’elles n’en étaient pas responsables. Elles ont fait valoir que leur ligne Wi-Fi avait été utilisée par des personnes inconnues.

De leur côté, les plaignants ont réaffirmé que l’utilisateur d’une ligne Internet est responsable de ce qui est fait de sa connexion, et que c’était aux femmes de prouver qu’elles n’avaient pas partagé des fichiers illégaux. Mais la Haute Cour en a décidé autrement, et a relaxé les deux accusées.

Ce jugement suit une décision similaire prise par la cour d’appel de Frankfurt début juillet. Pour l’avocat des deux danoises, Peter Overbeck, ce jugement « clair et net » rappelle que « c’est aux plaignants d’apporter les preuves. » Il poursuit : Beaucoup de gens ont reçu des courriers qui leur ont donné l’impression qu’ils devaient payer. Mais, on a maintenant une réponse de la cour : ils n’ont pas à payer. Il ne suffit pas de dire que vous êtes coupable de piratage simplement parce que vous avez un point d’accès à Internet. "

L’Antipiratgruppen ne l’entend pas cette oreille et a fait savoir, via son avocat, Torben Steffensen, qu’ils comptaient attaquer la décision devant la Cour Suprême.

Pour éviter une telle situation, le projet de loi Création et Internet voulu par le gouvernement français prévoit de porter plainte contre le détenteur d’une adresse IP non pas pour avoir avoir téléchargé des fichiers illégaux, mais pour ne pas avoir assez sécurisé sa ligne. « Ils veulent transformer la France en pays de geeks avertis, où tout le monde serait capable de remonter des adresses ou d’empêcher des contrevenants d’utiliser son trafic. C’est ridicule », nous indiquait Jean-Bernard Magescas, président de FON France.

Cependant de nombreux détails techniques, encore flous, restent à préciser. Par exemple, le texte prévoit que ça soit à l’abonné qui a reçu un avertissement de produire la preuve de son « bon comportement » devant la Haute Autorité. Et on se souvient qu’Olivier Henrad, le conseiller juridique de Christine Albanel au Ministère de la Culture et de la Communication expliquait récemment qu’il suffirait pour cela de fournir son disque dur au juge, qui pourra alors vérifier « si vous êtes coupable ou innocent ».

Le chorégraphe danois Peter Martins commandeur des Arts et Lettres

Le chorégraphe et ancien danseur danois Peter Martins a été fait mardi soir à Paris commandeur dans l'ordre des Arts et des Lettres, a annoncé l'Opéra national de Paris dans un communiqué. Il est maître de ballet principal du New York City Ballet (NYCB).

Lire la suite

La petite sirène assistera à l'exposition universelle à Shanghai

La petite sirène, symbole national danois, pourrait quitter sa famille à Copenhague pour la première fois pour assister à l'exposition universelle de 2010 à Shanghai.

Lire la suite

Portugal, Suède, Irlande et Danemark ont accueilli le plus d’immigrés en 2006

Le Portugal, la Suède, l’Irlande et le Danemark sont les pays qui ont enregistré en 2006 les plus fortes arrivées d’immigrés légaux sur leur territoire, relève l'OCDE dans un rapport annuel. Dans chaque cas, les hausses ont atteint plus de 20%. A l’inverse, l’Autriche (- 18%) et l’Allemagne (- 11%) ont connu les plus fortes baisses. L’OCDE révèle également que près de 60% des flux migratoires légaux à destination des pays européens de l'OCDE étaient originaires d'Europe. Ces migrants viennent surtout de Pologne (pour 5,3% d’entre eux) et de Roumanie (4,6%).

La Russie revendique l'Arctique

La Russie revendique une plus grande part des ressources de l'Arctique, notamment pétrolières, a déclaré vendredi le représentant russe au Conseil de sécurité des Nations unies, Nikolaï Patrouchev. Selon des estimations faites par des géologues russes, les réserves pétrolières du continent glaciaire s'élèveraient à neuf ou 10 milliards de tonnes équivalent pétrole, soit la même quantité que les réserves russes. La Russie fait valoir que toute l'étendue des fonds marins de l'Arctique devrait lui revenir car ce continent n'est qu'un prolongement de la Sibérie. "L'Arctique doit devenir la base principale des ressources stratégiques de la Russie", a dit Patrouchev. Outre la Russie, le Canada, la Norvège, les Etats-Unis et le Danemark, qui administre le Groënland, possèdent des frontières côtières avec l'Arctique. L'an dernier, un sous-marin russe, avec un député à son bord, avait symboliquement déposé un drapeau sur le fond marin de l'Arctique. L'équipage avait été accueilli en héros à son retour à Moscou.

Laudrup, nouvel entraîneur du Spartak Moscou

L'ancienne star du football danois Mikael Laudrup est devenu vendredi le nouvel entraîneur du Spartak Moscou, a annoncé le manageur général du club russe Valery Karpin.

Les détails financiers n'ont pas été dévoilés.

Laudrup, 44 ans, a entraîné de 2002 à 2006 le club de Broendby, qu'il a mené au titre de champion du Danemark et à la victoire en Coupe du Danemark, avant de partir en Espagne pour deux saisons à Getafe.

L'ancien attaquant de la Juventus, du Real Madrid, du FC Barcelone, et de l'Ajax, a mis fin à sa carrière internationale en 1998 après 104 sélections et 37 buts.

Le cycliste danois Peter Riis Andersen écope une suspension de deux ans

Le spécialiste de vélo de montagne Peter Riis Andersen, du Danemark, exclu des Jeux olympiques de Pékin en raison de dopage sanguin, a écopé une suspension de deux ans mercredi.

Le tribunal arbitral de la Confédération des sports du Danemark a précisé que Riis Andersen a été suspendu pour avoir fait usage de l'EPO. La sanction est rétroactive au 22 juillet.

Lors d'une conférence de presse, le 29 juillet, Riis Andersen avait révélé qu'il avait été pris en défaut lors d'un test pré-olympique réalisé en juin. Le cycliste de 28 ans, un étudiant en médecine, a aussitôt été banni de l'équipe danoise en vue des Jeux de Pékin, et s'est retiré du cyclisme professionnel.

Riis Andersen a remporté le Championnat du Danemark, le 20 juillet. Il a participé aux Jeux olympiques de 2004, à Athènes, où il s'est classé au 18e rang.

samedi 6 septembre 2008

Le vent du Nord glace et enchante

Tête de chien, Morten Ramsland.

Lire la suite

Danemark-Allemagne: Un pont pour 2018

Le Danemark a annoncé mercredi avoir trouvé un accord avec l'Allemagne pour construire un pont de 20 km reliant les deux pays sur le détroit de Fehmarn, dans la Baltique. Il disposera de quatre voies pour les automobiles et de deux voies ferrées et reliera Rodby, au Danemark, à Puttgarden, en Allemagne. L'ouvrage sera entièrement financé par le Danemark, pour un montant de 32 milliards de couronnes (4,3 milliards d'euros). Les travaux devraient débuter en 2012. En 2018, il permettra la liaison entre Hambourg et Copenhague en seulement une heure de route, contre quatre heures et demie actuellement.


Kontakt 

infos :

Le blog évènements
Le Forum
Boutique du Royaume
Apprendre le Danois
Le Danois sur le net
Méthodes de danois
Alimentation danoise
Rencontres danoises
Liens sur le Danemark
France Danemark
Dannemark
Drapeau Danemark

Régions :

Alborg Arhus Ribe Skagen Tivoli Christiana Mythologie Tivoli Andersen Nyhavn